À Taïwan, le nouveau président prête serment et appelle Pékin à "cesser ses intimidations"

Le nouveau président de Taïwan, Lai Ching-te, a prêté serment, lundi, à Taipei. Dans son discours d'investiture, il a appelé la Chine à "cesser ses intimidations politiques et militaires" et a dit espérer que Pékin "choisira le dialogue aux dépens de la confrontation". Le pouvoir chinois a réagi en avertissant que les efforts visant à l'indépendance de Taïwan déboucheraient sur une "impasse".

Le nouveau président de Taïwan Lai Ching-te a promis, lundi 20 mai, de défendre la démocratie de l'île face aux menaces chinoises après avoir prêté serment lors d'une cérémonie, durant laquelle a été aussi investie la nouvelle vice-présidente, Hsiao Bi-khim.

Dans son discours d'investiture au palais présidentiel de Taipei, Lai Ching-te a évoqué de façon directe la menace de guerre après des années de pressions de la part de la Chine pour que Taïwan passe sous son contrôle.

Il a appelé la Chine à "cesser ses intimidations politiques et militaires contre Taïwan" et remercié les Taïwanais d'avoir résisté à l'influence "des forces extérieures et d'avoir résolument défendu la démocratie", affirmant que "l'ère glorieuse de la démocratie taïwanaise est arrivée".

"Face aux nombreuses menaces et tentatives d'infiltration, nous devons montrer notre détermination à défendre notre nation, nous devons également accroître notre préparation à la défense et renforcer notre cadre juridique en matière de sécurité nationale", a relevé Lai Ching-te après son entrée en fonction.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Taïwan a détecté 26 avions et cinq navires chinois autour de l'île
Élections à Taïwan : le jour d’après
Taïwan appelle Pékin à "respecter les résultats de l'élection" présidentielle