À Sydney, le ciel est devenu orange (et ce n'est pas un filtre Instagram)

Le HuffPost avec AFP

 

AUSTRALIE - Reyes, Juno, Valencia... L’un de ces filtres Instagram aurait très bien pu donner ce ciel orangé que vous pouvez découvrir dans la vidéo en tête d’article. Mais ces images aériennes de Sydney tournées ce vendredi 6 décembre sont malheureusement bien authentiques.

Cet épais nuage de cendres est la conséquence des feux de brousse qui demeurent toujours incontrôlables en Australie. Depuis trois mois, les soldats du feu tentent de lutter contre d’immenses brasiers.

Impuissantes, les autorités ont annoncé ce vendredi que plusieurs incendies de forêt avaient fusionné en un seul et unique “mégafeu”, à une heure de route de Sydney. Un haut responsable des pompiers a déclaré qu’il y avait “probablement plus de huit feux” qui s’étaient rejoints en un gigantesque brasier brûlant sur 300.000 hectares, une zone longue d’environ 60 km.

Les pompiers dépassés par l’incendie

Les soldats du feu en étant réduits à organiser les évacuations d’habitants, à tenter de protéger des habitations et à espérer une fin rapide de la sécheresse et des vents qui contribuent à attiser les flammes.

“Nous ne pouvons pas arrêter ces incendies. Ils vont se poursuivre jusqu’à ce que les conditions changent, et alors on fera ce qu’on peut pour essayer de les contenir”, a déclaré un porte-parole des pompiers à la chaîne ABC. 

Voilà trois mois que des feux font rage en divers points de l’est de l’Australie. Les incendies sont courants à l’approche de l’été austral, mais ils sont apparus très tôt cette année et sont particulièrement virulents. 

La météo et le réchauffement climatique à l’origine de la catastrophe

Les chercheurs estiment que le réchauffement climatique contribue à créer des conditions encore plus propices aux feux. De spectaculaires vidéos tournées par des pompiers circulaient vendredi, montrant l’avancée d’un mur de flamme devant des pompiers dans la nuit à Orangeville, à moins de 100 km à l’ouest de Sydney.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post