À six mois de la présidentielle, Emmanuel Macron dévoile sa vision de la France en 2030

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Emmanuel Macron l'avait promis en juillet dernier dans une allocution télévisé. Voici son plan d'investissements « France 2030 » : plusieurs dizaines de milliards d'euros destinés aux secteurs identifiés comme stratégiques. C'est aussi une tribune pour proposer sa vision de l'avenir, à six mois de la présidentielle.

Numérique, agriculture, espace, hydrogène, batteries électriques, espace, nucléaire ou encore santé : le chef de l'État veut rattraper le retard pris dans certains domaines en France, et faire émerger les champions de demain.

Car la pandémie de Covid-19 et ses pénuries de produits cruciaux ont servi d'électrochoc : Emmanuel Macron a donc décidé d'axer la fin de son quinquennat sur le thème de la réindustrialisation et de l'indépendance nationale... Mot d'ordre : souveraineté.

Souveraineté nationale, par la création de nouvelles filières, donc. Exemple avec le domaine des puces électroniques, des composants essentiels pour l’industrie automobile et le secteur de la haute technologie.

La pandémie a fait flamber la demande de puces, et révélé la dépendance des Français face aux producteurs asiatiques. L’objectif est donc de créer, dans le pays, dix usines pour fabriquer ces composants.

Ce plan comprend également des investissements dans le nucléaire : la France veut se lancer dans la construction de petits réacteurs nucléaires ou SMR. Moins puissants que les grandes centrales, ils sont aussi moins complexes à produire.

► Projet de loi de finances 2022 : « Cramer la caisse » avant la présidentielle ?

Côté énergie, l’accent est également mis sur l’hydrogène vert. Ce gaz est, en effet, prometteur pour la transition énergétique. Il contribuera à décarboner les industries lourdes, les plus polluantes, comme la sidérurgie.

Il peut aussi jouer un rôle clé dans les transports du futur, avec notamment l’aviation verte. Avec cette filière hydrogène, le gouvernement veut créer près de 100 000 emplois, explique Myriam Berber, du service économie de RFI.

Mais la tâche est immense, dans une France frappée par les délocalisations depuis 50 ans. Le président va donc sortir le carnet de chèques, au risque de prêter le flanc aux critiques de la droite, avec plusieurs dizaines de milliards d'euros à la clé.

M. Macron entend « réconcilier » la France des start-ups et celle de l'industrie. D'autant qu'avant 2030, il y a 2022. Or, parler de l'avenir, c'est aussi poser les jalons de son futur programme économique en vue de la campagne.

Ce qui lui permet, explique un cadre de la majorité, de se positionner face aux « alternatives de décroissance ou de repli sur soi » défendues par certaines oppositions...

Un proche du président renchérit : ce projet, dit-il, « fait partie de notre récit anti-décliniste ». Une réponse aux discours d'Éric Zemmour et de l'extrême-droite, analyse Anthony Lattier, du service politique de Radio France internationale.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles