À quoi sert le “Dry January” ?

Après les excès des fêtes et avec les bonnes résolutions de la nouvelle année, des milliers de Français décident tous les ans de renoncer à la moindre goutte d’alcool en janvier. Si la précédente édition s’était déjà déroulée dans un contexte particulier après une année marquée par la pandémie, la sensibilisation à la dépendance à l’alcool reste plus que jamais d’actualité. Selon une enquête menée par Santé publique France, près d’un quart des Français dépassent les repères de consommation préconisés.

Soutenue par une trentaine d’associations, l’initiative doit avant tout permettre aux participants d’évaluer leur rapport à l’alcool, mais aussi apporter certains effets bénéfiques dès les premiers jours. “C’est un meilleur sommeil, plus de concentration, une peau lisse et tendue. On a même des bénéfices à terme, car les gens qui ont fait le ‘défi de janvier’ consomment moins d’alcool par la suite,” expliquait à 20 minutes Bernard Basset, président de l’association Addictions France. Selon les résultats d’une étude de l’Université de Sussex menée sur des participants en 2018 et relayée par le site internet de l’initiative en France, 57 % d’entre eux ont amélioré leur capacité de concentration tandis que 71 % ont mieux dormi.

Quelle que soit sa dépendance à l’alcool, les associations encouragent tout un chacun à tenter l’expérience. Si vous relevez le défi durant tout le mois, vous aurez des bénéfices nettement supérieurs. Le plus beau d’entre eux est d’avoir trouvé du plaisir à sortir, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Du mal à vous contrôler face à un paquet de chips ? La faute à la génétique !
Comment réussir son « Dry January »
Covid : faut-il craindre le variant Omicron XBB 1.5 qui progresse à toute vitesse aux États-Unis ?
La médiation animale : la nouvelle thérapie à la mode !
Quels sont les moyens de prévention pour lutter contre le cancer ?