À la une cette semaine…

Par LePoint.fr (avec AFP)
·1 min de lecture
Le Mediator, un antidiabétique largement détourné comme coupe-faim, avait pu rester commercialisé 33 ans malgré les alertes sur sa dangerosité dès les années 1990.
Le Mediator, un antidiabétique largement détourné comme coupe-faim, avait pu rester commercialisé 33 ans malgré les alertes sur sa dangerosité dès les années 1990.

Justice. Le jugement au procès du scandale sanitaire Mediator est attendu lundi. Sur le banc des prévenus, les laboratoires Servier, deuxième groupe pharmaceutique français, sont poursuivis pour « tromperie aggravée », « escroquerie » et « homicides et blessures involontaires », l'Agence de sécurité du médicament (ANSM) pour « homicides et blessures involontaires » par négligence. Pendant les huit mois d'audience ? suspension pour le premier confinement comprise ?, le tribunal a tenté de comprendre comment ce médicament, un antidiabétique largement détourné comme coupe-faim, avait pu rester commercialisé 33 ans malgré les alertes sur sa dangerosité dès les années 1990. Il est tenu pour responsable de centaines de morts.

À LIRE AUSSIMediator : le lobbying du groupe Servier en procès

Assemblée. Quelque 7 000 amendements ont été déposés en vue de la discussion du projet de loi climat, dont les députés commencent l'examen dans l'hémicycle. Le texte, très critiqué par les ONG environnementales, reprend une partie des 146 propositions de la Convention citoyenne sur le climat retenues par Emmanuel Macron. La droite, qui tente de bâtir son propre logiciel écologique de « terrain » en vue de 2022, compte monter au créneau contre « l'écologie punitive » et la « judiciarisation » des enjeux environnementaux, en s'opposant notamment au nouveau délit d'« écocide ». La gauche et des élus écolos comme Delphine Batho et Matthieu Orphelin vont à l'inverse relayer la déceptio [...] Lire la suite