À Sarah Halimi, aux juifs et à la France…

par Arié Bensemhoun*
·1 min de lecture
Une manifestation pour réclamer un procès pour le meurtrier de Sarah Halimi le 5 janvier 2020 à Paris.
Une manifestation pour réclamer un procès pour le meurtrier de Sarah Halimi le 5 janvier 2020 à Paris.

Il est des personnalités, des événements et des dates qui marquent l'histoire et la mémoire des Juifs de France. Comment ne pas citer à cet égard Racine qui dénonça dans son admirable Esther le sort peu enviable de ses compatriotes juifs du Grand Siècle ? Comment ne pas songer au courage et à la lucidité intellectuelle de Montesquieu, Diderot ou encore Pascal Paoli qui s'élevèrent contre l'oppression et l'exclusion des juifs au siècle des Lumières ? Comment oublier l'engagement humaniste et universaliste de Mirabeau et de l'abbé Grégoire en faveur de l'émancipation des juifs qui aboutira en 1791 à l'acquisition par ces derniers de la citoyenneté française, scellant ainsi le pacte éternel conclu entre les Juifs de France et la République ?

Ce pacte fut, hélas, plusieurs fois rompu :

En 1894, avec la machination antisémite qui vit la condamnation pour haute trahison du capitaine Dreyfus.

En 1940 et 1941, avec la promulgation du premier et du second « statut des juifs ».

En 1942, avec la rafle du Vél'd'Hiv, la déportation et la complicité du régime de Vichy dans la Shoah, entreprise d'extermination systématique du peuple juif.

En 1967, avec le revirement de la France et l'embargo décrété contre Israël au motif d'une nouvelle politique dite « arabe » personnifiée par la fameuse conférence de presse du général de Gaulle au cours de laquelle ce dernier qualifia, toute honte bue, le peuple juif de « peuple d'élite, sûr de lui et dominateur ».

En 1980, lors de l'attent [...] Lire la suite