À Rome, des centaines d'oiseaux sont morts, effrayés par les feux d'artifice

Céline Deluzarche, Journaliste
·1 min de lecture

Des centaines d’oiseaux morts jonchant les rails du tramway : c’est le triste spectacle auquel ont assisté les habitants de Rome lorsqu’ils se sont réveillés ce 1er janvier. Les oiseaux, pour la majorité des étourneaux, auraient été effrayés par les feux d’artifice lancés la veille pour la nouvelle année, selon les associations de protection des animaux. « Quand ils ont peur, les oiseaux se cognent les uns contre les autres, s’assomment dans les fenêtres ou frappent des lignes électriques. Ils peuvent même mourir d’une crise cardiaque », assure Loredana Diglio, porte-parole de l’Organisation internationale pour la protection des animaux.

Les experts en artifice nient, quant à eux, toute responsabilité. « Il n’existe aucune preuve scientifique qu’un feu d’artifice puisse conduire à la mort des oiseaux, assure Nobile Viviano, président de l’association nationale pyrotechnique. La règlementation européenne impose d’ailleurs un niveau de bruit maximum de 120 décibels ». Règlementation qui ne concerne évidemment que les feux d’artifice officiels et non tous les tirs amateurs, très nombreux ce jour-là malgré l’interdiction de vente instaurée en Italie.

Les oiseaux ne sont pas les seuls à souffrir des feux d’artifice. Selon une étude finlandaise, ces derniers sont responsables d'un stress chez 17 % des chiens.

Biodiversité : trois milliards d’oiseaux ont disparu depuis 1970 en Amérique du Nord

> Lire la suite sur Futura