À Rock en Seine, le système "golden pit" vivement critiqué par les festivaliers

Le public devant la scène principale du festival Rock en Seine à Saint-Cloud le 25 août 2022. - Anna Kurth - AFP
Le public devant la scène principale du festival Rock en Seine à Saint-Cloud le 25 août 2022. - Anna Kurth - AFP

Après une édition précédente marquée par la pandémie de Covid-19, ce jeudi, le festival Rock en Seine faisait son grand retour à Saint-Cloud. Pour l'occasion, les organisateurs du festival avaient vu les choses en grand et notamment au niveau de la répartition du public, laissant de nombreux festivaliers amers.

Cette année, le public a en effet eu le droit à une drôle de surprise à son arrivée dans l'enceinte du festival: plus de la moitié de l’espace devant la scène principale a été clôturé et réservé à 1500 VIP prêts à payer davantage pour avoir le privilège d'être au premier rang.

Une nouveauté, qui selon les organisateurs du festival, répond "à la demande de davantage de confort d'un public traditionnellement très éclectique à Rock en Seine", comme on peut le lire dans le journal Les Échos.

"C'est pas l'esprit qu'on attend d'un festival"

Ce système, appelé ici "golden pit", est courant notamment aux États-Unis, où moyennant un supplément, les festivaliers bénéficient lors d'événements de bars réservés, espaces lounge, zones de concert VIP...

Au moment de l'achat de places pour Rock en Seine, il était donc possible d'ajouter, en plus du prix de base (69 euros la journée), 10 euros pour un coupe-file, 20 pour avoir accès au "golden pit" et 30 pour la totale: "golden pit" et "garden", un espace avec toilettes et bars réservés.

Évidemment, le "golden pit" n'a pas manqué d'agacer les festivaliers non-VIP, relégués, malgré l'attente, à la zone "tout public", éloignée de la scène. Sur les réseaux sociaux, certains d'entre eux ont partagé leur frustration de ne pas pouvoir être aux premières loges de leurs concerts préférés, tel que celui des très attendus Arctic Monkeys le 25 août.

"J'étais mort d'impatience d'aller voir Arctic Monkeys ce soir, mais c'était avant de me rendre compte que l'espace VIP prend 70% du devant de la scène. Vraiment pas cool Rock en Seine, c'est pas l'esprit qu'on attend d'un festival, même Coachella a pas osé", tweete un internaute.

"Ou comment dénaturer une mixité qui fait tout l'intérêt des festivals en ajoutant une barrière sociale (sans mauvais jeu de mot). Quelle tristesse", poursuit un autre utilisateur sur Twitter.

Sur place, certains spectateurs déplorent même que le fameux "golden pit" était finalement assez vide pendant les concerts tandis que les "non-VIP" étaient entassés juste derrière les barrières.

Article original publié sur BFMTV.com