À quoi ressemblerait un message envoyé par une civilisation extraterrestre ?

·2 min de lecture

Au tout début du XIXe siècle, le physicien allemand Carl Friedrich Gauss avait suggéré que nous puissions nous faire repérer par des civilisations extraterrestres intelligentes en traçant à grand renfort de blé, des motifs mathématiques dans une région défrichée à cet égard dans la forêt sibérienne. Un peu plus tard, Percival Lowell, l’astronome amateur américain, suggérait de mettre le feu à des canaux remplis de pétrole dans le désert du Sahara. Aujourd’hui, les chercheurs se demandent quelles idées les extraterrestres pourraient bien avoir eues, de leur côté. Pour se rendre visibles à nos yeux d’humains.

Une équipe internationale dirigée par l’Université de Californie à Berkeley et le Seti Institute (États-Unis) a développé un nouvel outil d’apprentissage automatique destinée à simuler ce à quoi pourrait ressembler un message d’une intelligence extraterrestre. Un outil baptisé Setigen et qui se présente comme une bibliothèque open source susceptible de changer la donne pour les futures recherches d’intelligences extraterrestres.

Une civilisation extraterrestre derrière l’énigmatique signal « Wow ! » ? L’hypothèse est relancée

Rappelons qu’en la matière, les scientifiques terriens ont d’abord cherché des signaux radio dont l’origine serait clairement artificielle. C’était l’objectif du projet Ozma dirigé en 1960 par le célèbre Cornell Frank Drake. Les recherches se concentraient alors autour de la fréquence à laquelle l’hydrogène émet un rayonnement dans l’espace interstellaire : 1,42 gigahertz (GHz). Une émission naturelle très répandue, supposée connue par toute potentielle civilisation extraterrestre intelligente qui l’utiliserait pour maximiser les chances que son message soit entendu. Mais rien.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles