À la rencontre d'électeurs malgaches: «Je veux que notre pays soit moins corrompu»

La journée de vote se poursuit à Madagascar. Les 11,5 millions d’électeurs sont appelés depuis 6 heures ce mercredi 29 mai jusqu'à 17h, heure locale, à élire leurs 163 députés. À la mi-journée, aucun incident notable n’a été relevé. Dans la capitale, la population semble se déplacer de manière plus massive que lors de l’élection présidentielle en novembre dernier, où 10 des 13 candidats avaient appelé au boycott du scrutin.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

À l’entrée du CEG d’Avaradoha, dans le 3ᵉ arrondissement d'Antananarivo à Madagascar, les électeurs font la queue pour présenter leur pièce d’identité et voter aux élections législatives. La plupart sont pressés : malgré l’instauration du jour férié pour permettre une forte mobilisation, beaucoup travaillent et doivent retourner à leur poste, à l’instar de Liva, vendeur de légumes.

« Je suis content d’avoir accompli mon devoir de citoyen. J’espère vraiment tirer un bénéfice de ce vote quand mon candidat aura été élu. J’attends de lui des infrastructures, une nouvelle école, un nouveau dispensaire. Il nous a donné sa parole qu’il ferait ça s’il gagnait l’élection », confie-t-il. Des promesses, il y en a eu pendant la campagne. Des recommandations aussi.

« À condition » ponctue-t-il en souriant, « de le faire sagement et en réfléchissant ».


Lire la suite sur RFI