À Rambouillet, trois morts dans l’incendie d’un appartement, une enquête pour meurtre ouverte

Ce mercredi 18 janvier, un incendie a fait trois morts dans un immeuble de Rambouillet, dans les Yvelines (photo d’illustration prise en janvier 2015 à Roubaix, dans le Nord).
PHILIPPE HUGUEN / AFP Ce mercredi 18 janvier, un incendie a fait trois morts dans un immeuble de Rambouillet, dans les Yvelines (photo d’illustration prise en janvier 2015 à Roubaix, dans le Nord).

INCENDIE - Au moins trois personnes sont mortes dans l’incendie d’un appartement survenu ce mercredi 18 janvier au matin à Rambouillet dans les Yvelines. L’immeuble a par la suite été évacué, ont indiqué à l’AFP les pompiers des Yvelines et une source policière. Surtout, à la mi-journée, le parquet a fait savoir qu’une enquête avait été ouverte pour « meurtre et destruction volontaire par incendie ayant entraîné la mort ».

Les secours sont intervenus vers 8 heures du matin et se trouvaient toujours sur place deux heures plus tard, l’intervention étant toujours en cours, a ajouté le parquet. Les autorités n’ont toutefois pas pu donner d’autres précisions expliquant que « les constatations n’ont pas encore commencé ».

Des corps « calcinés et non identifiables »

De son côté, Olivier Klein, le ministre délégué en charge du Logement, a simplement évoqué sur les réseaux sociaux un « bilan provisoire terrible ».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Les trois corps sont entièrement calcinés et non identifiables » pour le moment, a précisé une source policière. Mais des enfants pourraient faire partie des victimes car l’incendie a touché l’appartement d’une famille avec deux enfants, selon une source proche du dossier.

En milieu de matinée, le feu n’était pas totalement éteint et l’ensemble de l’immeuble avait été évacué. Contactées par l’AFP, la préfecture des Yvelines et Véronique Matillon, la maire (DVD) de Rambouillet, n’étaient pas joignables dans l’immédiat.

Une quarantaine de pompiers sont toujours sur les lieux, où le ministre délégué au Logement Olivier Klein était attendu.

À voir également sur le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi