À la Une: quelle position des États-Unis face à la crise politique haïtienne?

·3 min de lecture

Dans son éditorial du jour (« Haïti a besoin d’aide. Voilà ce qu’envoient les États-Unis à la place »), le New York Times s’inquiète de la situation en Haïti. « Notre voisin est dans une crise constitutionnelle », détaille le quotidien, « et au lieu de transporter de l’aide, des avions sont arrivés avec des déportés ». Le New York Times, condamne Jovenel Moïse, « un président méprisé », qui s’accroche au pouvoir et qui a provoqué une nouvelle journée d’enfer dimanche dernier.

Les Haïtiens « ont déjà été battus par les récents ouragans, un tremblement de terre et une épidémie de choléra. Peu de pays ont autant enduré », estime ainsi le quotidien. Et plutôt que de venir en aide, « un avion est arrivé lundi des États-Unis transportant plusieurs dizaines d’Haïtiens, dont un enfant de deux mois et 21 autres enfants, déportés par les autorités américaines de l’immigration et des douanes ». Et ce malgré le moratoire sur les expulsions décrété par Joe Biden, la faute à un juge texan. Le New York Times appelle les autorités américaines à prendre position dans cette crise alors que « d’autres vols de ce type vers Haïti sont attendus au cours de la semaine ».

L’appel à condamner Donald Trump du Washington Post

La deuxième journée du procès en destitution de Donald Trump a été marquée par la diffusion d’images jugées choquantes des évènements du 6 janvier qui se sont déroulés devant et dans le capitole, le temple de la démocratie américaine.

Avant que le deuxième procès en destitution ne débute, des élus des deux partis se demandaient si cela en valait la peine, rappelle le Washington Post. Les démocrates craignaient que cela ne perturbe les débuts de la nouvelle administration, tandis que les républicains s’opposaient au procès estimant que cette procédure était illégitime puisqu’elle visait un président qui avait achevé son mandat. Mais après la diffusion d’un montage vidéo par les procureurs démocrates ce mercredi 10 février, le Washington Post appelle désormais le Sénat à condamner Donald Trump dans son éditorial du jour.

Aucun élu ne peut cautionner ce qu’il s’est passé ce jour-là et il apparaît clair que tout avait été préparé explique le quotidien. La Maison Blanche n’avait peut-être pas connaissance des moindres détails, mais elle a laissé faire, malgré les mises en garde de certains responsables gouvernementaux contre la menace de violence extrémiste. Comme Politico, le Washington Post ne semble pas se faire d’illusion sur l’issue de ce procès, les républicains acquitteront Donald Trump. Mais les élus qui acquitteront l’ancien président porteront la marque de la honte durant leur carrière prévient le quotidien. Pour Politico, c’est le « pouvoir de l’ancien président sur la base républicaine », un pouvoir qui éclipse « sa toxicité politique, qui va lui permettre d’être acquitté ».

Au Honduras, un nouveau féminicide fait la Une

« Ils l’ont tuée », titre ce jeudi El Heraldo. Keyla Martínez, une infirmière de 26 ans, qui aurait été arrêtée samedi dernier pour « scandale sur la voie publique », a été retrouvée morte dimanche matin dans sa cellule. Selon le quotidien La Prensa qui a eu accès aux résultats de l’autopsie, tout indiquerait qu’elle serait morte par asphyxie. Après des manifestations qui ont dégénéré lundi dernier, les Honduriens attendent désormais des réponses.

Les douze agents présents la nuit tragique ont tous été suspendus et placés à l’isolement avant d’être entendus. Une affaire qui réveille le dossier des féminicides au Honduras. El Heraldo rappelle qu’une femme meurt toutes les 36 heures dans ce pays qui a dénombré plus de 5 000 victimes en 2020.