À la Pointe du Hoc, Joe Biden refuse de "croire que la grandeur des États-Unis est fanée"

Sur le site de l'une des plus féroces batailles du Débarquement, à la Pointe du Hoc, le président américain Joe Biden a voulu vendredi rappeler à ses compatriotes que la "grandeur des États-Unis" n'appartient pas au passé. Il a insisté sur "l'importance de défendre la liberté et la démocratie". Un discours visant à établir un contraste avec son adversaire à la présidentielle, Donald Trump.

"Je refuse de croire que la grandeur des États-Unis est fanée". Depuis la Pointe du Hoc, un promontoire rocheux en Normandie arraché aux Allemands le 6 juin 1944, le président américain Joe Biden s'est posé en garant de la démocratie et a convoqué, vendredi 7 juin, la mémoire des soldats américains ayant pris part à l'une des plus rudes batailles du Débarquement.

"Nous sommes les héritiers de ces héros", a-t-il insisté. "Ils nous demandent de protéger la liberté et la démocratie."

À lire aussi"Soyons dignes du courage de ceux qui débarquèrent ici" : en Normandie, l'hommage aux héros du D-Day

Derrière lui, les eaux bleues de la Manche et un monument commémorant l'assaut donné à ce promontoire rocheux qu'est la Pointe du Hoc par les "Rangers", qui ont le 6 juin 1944 arraché à l'armée allemande cette position stratégique.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Vétérans émus, défilé aérien, ballet diplomatique... Les 80 ans du Débarquement en images
80e anniversaire du Débarquement : l'Amérique, meilleur allié de l'Europe ?
Commémorations du Débarquement : Emmanuel Macron loue "l'esprit de sacrifice" des vétérans