À la Une: plan de relance «historique» adopté par le Congrès américain

·3 min de lecture

Pour le Washington Post, Joe Biden « mène une révolution silencieuse » : « C’en est fini de la pensée en vigueur depuis les années Reagan, une pensée qui stipulait que moins il y a de gouvernements, mieux c’est. L’adoption du plan de relance reflète le triomphe de l’exact opposé : seul un gouvernement actif et compétent peut sortir le pays de la crise actuelle ».

« C’est, en quelque sorte, la version Biden de “l’Amérique d’abord” », constate le Boston Globe. Quant au New York Times, il se félicite de cette « grande victoire législative. Non seulement le président, mais tous les élus démocrates méritent un tour d’honneur ».

De leur côté, les journaux conservateurs lancent ce jeudi une contre-offensive. Ils consacrent leurs éditoriaux à la nouvelle politique migratoire. « En faisant miroiter la naturalisation à 11 millions de migrants clandestins sur le sol américain », écrit par exemple le Washington Examiner, le président démocrate donne le signal de « l’ouverture des frontières américaines ». « C’est la capitulation de Joe Biden devant l’aile extrême gauche de son parti qui pense que nous devrions laisser entrer toute l’Amérique centrale », tempête de son côté le New York Post.

Brésil : Lula de retour dans l’arène politique avec un discours de plus de deux heures

Au Brésil, sa parole a été attendue. Lula s’est exprimé hier plus de deux heures. L’ex-président s’en est pris longuement à l’actuel chef de l’État Jair Bolsonaro et sa gestion catastrophique de la crise sanitaire.

« C’est clair, Lula est d’ores et déjà en campagne électorale pour la présidentielle de l’an prochain », croit savoir O’Globo. « Il est resté l’animal politique capable de séduire les foules. Dommage seulement que l’ancien président ne semble rien avoir appris durant sa détention. Ce n’est quand même pas pour rien qu’il était derrière les barreaux », estime le journal.

Le Brésil se dirige donc probablement vers un duel Lula–Bolsonaro pour l’élection présidentielle de 2022. Malgré leurs différences idéologiques, les deux hommes ont en commun d’être « des vendeurs d’espoirs déçus », écrit O Estado. Tous deux « ont pris leurs fonctions en promettant de grandes transformations et ont fini par gouverner avec la même masse amorphe de forces politiques qui ne cherchent qu’à satisfaire leurs propres intérêts et ceux des secteurs et cartels qui les soutiennent. Mais face à l’actuelle tragédie sanitaire et économique, Bolsonaro et Lula auront le même problème », conclut le journal de Sao Paulo : « quel espoir vont-ils bien pouvoir vendre cette fois » ?

Colombie : des mineurs meurent dans un raid de l’armée

En Colombie, un nouveau scandale éclabousse le gouvernement : des enfants seraient morts dans un raid de l’armée contre un campement de dissidents de l’ex-guérilla des Farc. Pour le gouvernement du président Ivan Duque, ce sont « de dangereux narco-terroristes » qui étaient ciblés lors de cette attaque menée le 2 mars par les forces spéciales dans une zone difficile d’accès en Amazonie colombienne.

Or après le raid aérien, des familles d’enfants disparus ces dernières semaines ont convergé vers la plus grande ville de cette région pour réclamer des comptes aux autorités, raconte El Pais. Selon El Tiempo, les dissidents des Farc tout comme des groupes paramilitaires ont repris l’enrôlement forcé de jeunes mineurs dans les zones rurales. El Expectador rapporte que 10 corps se trouvent en cours d’autopsie par les services médico-légaux afin de les identifier.