À la plage, il n’y a pas mieux que les Français

PHOTO VALENTINE CHAPUIS / AFP

Quoi de mieux, quand on fait bronzette sur la plage, que de s’amuser à deviner la nationalité des autres vacanciers ? En Bretagne, c’est très simple, explique cette journaliste du Financial Times.

Si les enfants sont bronzés, “en slip de bain à fanfreluches, flanqués de mamans portant les cheveux au carré et un une-pièce élancé, et d’une troupe de papas en slip de bain rouge ou bleu étonnamment échancré qui discutent des conditions de navigation et déplorent la fermeture de la boulangerie du port” : Français.

Par contre, si vous venez à trébucher sur “une paire de jambes rougeaudes dépassant d’un auvent” à proximité de “deux enfants en combi intégrale anti-UV et d’un père soufflant dans un canot pneumatique de supermarché” : Anglais.

La panoplie de plage est un très bon indicateur. Cependant, pour les “experts vacanciers” du bord de mer que sont les Français, c’est surtout la manière d’être qui est déterminante.

“Tout cela repose sur un mode de vie profondément rassurant et prévisible, qui s’appuie sur des routines et des habitudes enracinées et qui restent inchangées tout au long d’une vie.”

Première règle : occuper la même parcelle de plage chaque année. On y fait la bise à la famille qu’on y retrouve, avant de s’allonger au même endroit que d’habitude. “S’il fallait jouer au jeu des sept différences, vous n’en trouveriez ni plus ni moins que le nombre de bébés nés depuis l’été précédent.”

Deuxième règle : le comportement. “Ni musique ni barbecue, mais beaucoup de cigarettes.” Et surtout, pas de pique-nique. “La règle est tacite mais stricte, et confine au dédain, en particulier dans les grandes familles : on ne grignote pas entre les repas.” Si un paquet de Prince circule, c’est “pour le goûter”, et il est réservé aux enfants.

Cette régularité a ses avantages. Elle permet de prévoir quand il faut faire ses courses ou de savoir que, lors des longs week-ends, “il est absurde de prendre la voiture”. “Même si, visiblement, tout le monde se retrouve sur la route”. Parce qu’il y a les “juillettistes” et les “aoûtiens”, et “c’est comme ça”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles