À Perpignan, le député RN Louis Aliot se présente sans étiquette et veut ratisser large

Cette fois, il a bel et bien ­l'intention de ratisser plus large. Après ses échecs aux élections ­municipales de 2014, à ­Perpignan, et aux régionales de 2015, en ­Occitanie, où il s'était à chaque fois heurté à un plafond de verre au second tour après avoir été en tête au premier, Louis Aliot repart à la conquête de la cité catalane. Actuellement dirigée par ­Jean-Marc Pujol (Les Républicains), la ville figure parmi les rares agglomérations de plus de 100.000 habitants dont où une victoire est sérieusement envisagée par Marine Le Pen aux municipales de mars.

Lire aussi - Marine Le Pen veut faire de Fréjus sa tête de pont pour les municipales

Pour y ­arriver, Aliot, conseiller municipal et communautaire de Perpignan, s'y présentera sans étiquette. Une figure de style politique destinée à élargir le socle électoral de ce ponte du Rassemblement national (RN), qui vient par ailleurs ­d'officialiser la fin de son couple avec Marine Le Pen. Schizophrénique? "Moudenc et Estrosi ont la même stratégie à Toulouse et à Nice, se défend l'intéressé. La grande leçon du dégagisme qui a opéré lors de la présidentielle 2017, c'est que les électeurs ne raisonnent plus en termes de partis politiques."

Une liste totalement repensée par rapport à celle de 2014

Pour le scrutin de mars, il ­promet d'ailleurs une liste totalement repensée par rapport à celle de 2014, "qui était très fronto-­frontiste, concède-t-il. Cette fois-ci, il y aura des chefs d'entreprise, des personnalités locales et même de...


Lire la suite sur LeJDD