À la Une: Pedro Castillo plus que jamais critiqué au Pérou

Le président péruvien, visé par cinq enquêtes judiciaires, prononçait ce jeudi 28 juillet un discours à l'occasion de la fête nationale, qui coïncidait avec le premier anniversaire de son investiture.

Un an après son arrivée au pouvoir, le président péruvien Pedro Castillo n'émet « aucune autocritique ». C'est ce qui s'affiche en « Une » du journal conservateur El Comercio. Le président de gauche Pedro Castillo n'a « pas donné d'explication » au sujet des affaires de corruption, dénonce le journal péruvien. « Si le gouvernement est au bord du précipice aujourd'hui », estime encore le quotidien dans son éditorial, c'est parce qu'il a accueilli en son sein « la médiocrité, l'opacité et la corruption ». Plus de 120 associations appellent à organiser de nouvelles élections générales pour sortir le pays de la crise, rappelle La República, un autre quotidien péruvien.

L'Église catholique s'en mêle aussi

Dans une tribune dans le journal Pagina 12, le journaliste et avocat Mario Wainfeld souligne la fragilité du pouvoir d'Alberto Fernández. « Il n'y avait pas de président,tacle-t-il, il y a maintenant une sorte de Premier ministre », une figure qui n'existe pas normalement en Argentine, et qui vient selon lui combler un vide politique qui n'était plus tenable.

15 morts dans des inondations dans le Kentucky, aux États-Unis


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles