À partir de quand est-on riche? Ce rapport a tenté de fixer les seuils

(Photo: mrs via Getty Images)
(Photo: mrs via Getty Images)

(Photo: mrs via Getty Images)

ARGENT - “En France, personne n’aime être qualifié de ‘riche’”, note Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, dans l’introduction du deuxième Rapport sur les riches en France, publié ce mercredi 1er juin. Dans cette étude, l’association a tenté de répondre à la délicate question de “qui sont les riches en France?” au-delà de “la cécité de la droite, mais aussi de la gauche” qu’il estime “obnubilée” par les 1% les plus riches.

Selon l’Observatoire des inégalités, 7,1% des Français sont riches, soit 4,5 millions de personnes. Pour parvenir à ces chiffres, il a fixé le seuil de richesse, après impôts, à deux fois le niveau de vie médian. Dès lors, sont estimés comme riches une personne seule vivant avec 3673 euros par mois ou un couple avec 5500 euros par mois.

La part des riches en France a ainsi baissé de 8,6% à 7,1% entre 2010 et 2019. Toutefois, d’après Louis Maurin, les riches sont “nettement plus riches qu’il y a 20 ans”. Le niveau annuel moyen des 10% les plus aisés, entre 1999 et 2019, a progressé de 9100 euros, contre 3300 euros pour les classes moyennes. L’Observatoire, qui reprend les résultats d’une étude réalisée par l’Institut des politiques publiques (IPP), explique que “les mesures fiscales de 2017 ont été très avantageuses” pour les plus aisés.

“Plus vos revenus sont élevés, plus les politiques menées entre 2017 et 2022 [par Emmanuel Macron] les ont augmentés”, affirme dans le rapport Anne Brunner, directrice d’études de l’Observatoire, en référence notamment à la transformation de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière (IFI) ou encore l’instauration d’une flat-tax sur l’imposition du capital (prélèvement forfaitaire unique à 30%).

Plus vos revenus sont élevés, plus les politiques menées entre 2017 et 2022 [par Emmanuel Macron] les ont augmentés.Anne Brunner, directrice d’études de l’Observatoire des inégalités

S’appuyant sur l’étude de l’IPP, l’organisme souligne que les plus précaires n’ont, au contraire, tiré aucun avantage du premier quinquennat d’Emmanuel Macron. “Les 5 % les plus pauvres [800 euros de revenus en moyenne] n’ont tiré aucun bénéfice de ces mesures, le niveau de vie a même diminué pour certains”, observe-t-il. Pour cette partie de la population, certaines réformes sociales (revalorisation de la prime d’activité, du minimum vieillesse) n’ont pas compensé les réformes de l’allocation chômage, des aides au logement, ainsi que l’augmentation des coûts de l’énergie et du tabac, détaillait l’IPP.

Le patrimoine médian à 163.000 euros

L’association s’est également intéressée dans son rapport au patrimoine des Français. Selon cet indicateur, 4,6 millions de foyers français, soit 16% des ménages, sont considérés comme riches, en possédant le triple du patrimoine médian utilisé comme seuil (163.000 euros soit plus de 490.000 euros). 4% des ménages sont millionnaires, indique l’Observatoire.

Dans son rapport, l’Observatoire dresse également le portrait des Français fortunés. Ils vivent le plus souvent à Paris ou encore dans le département des Hauts-de-Seine. Ils ont 57 ans en moyenne et sont surreprésentés chez les cadres supérieurs. La grande majorité des riches sont également propriétaires (82%).

Leurs capacités à déléguer les tâches du quotidien à des employés à domicile et leurs habitudes de déplacement pour motifs professionnels et personnels sont également des marqueurs sociaux. “Le chercheur Mathieu Chassignet a calculé que les 10% les plus favorisés parcourent en moyenne 7900 km par an dans les airs, contre 1300 km pour les plus modestes, dont un grand nombre ne prend en réalité jamais l’avion”, observe le rapport cité par Libération.

“La richesse n’est pas seulement monétaire”

“La richesse n’est pas seulement monétaire: un bon diplôme et un statut d’emploi pérenne constituent aujourd’hui deux éléments qui permettent de se distinguer du reste de la population”, notent également les auteurs du rapport, Anne Brunner et Louis Maurin.

Avec ce rapport, Louis Maurin et Anne Brunner assurent vouloir contribuer à “ouvrir les yeux” sur les disparités de revenus, et éclairer un débat sur “la justice et le mérite”. “Les inégalités créent des tensions sociales car elles sont perçues comme largement injustes”, rapporte Anne Brunner, qui plaide pour une “réforme globale de l’imposition des revenus, de l’héritage et du patrimoine”, pour “refonder la solidarité et faire contribuer davantage l’ensemble des ménages, en fonction de leurs revenus”.

À voir également sur Le HuffPost: Avec les enveloppes budgétaires, elles calment leur anxiété vis-à-vis de l’argent

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles