À Paris, trois stations de métro resteront fermées moins longtemps que prévu pour les Jeux olympiques

Les trois stations concernées par cette réduction de la période de fermeture sont Champs-Élysées Clémenceau (lignes 1 et 13), Concorde (lignes 1, 8 et 12) et Tuileries (ligne 1).
CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP Les trois stations concernées par cette réduction de la période de fermeture sont Champs-Élysées Clémenceau (lignes 1 et 13), Concorde (lignes 1, 8 et 12) et Tuileries (ligne 1).

JO PARIS 2024 - Une bonne nouvelle dans un océan de galère. Trois stations du métro parisien devaient être totalement inaccessibles pendant environ trois mois pour une question de sécurité et pour faciliter l’installation des infrastructures liées aux JO de Paris 2024 dans certains lieux névralgiques de la capitale. Un délai qui a finalement été raccourci.

Le prolongement de la ligne 14 du métro à Paris sera très bientôt en service, annonce Pécresse

Le ministre des Transports Patrice Vergriete a souhaité faire un effort pour les usagers du métro, estimant que ces « contraintes étaient particulièrement pénalisantes », a-t-il expliqué au Parisien ce mercredi 12 juin, notamment sous la pression d’associations d’usagers.

Les trois stations concernées sont Champs-Élysées Clemenceau, Concorde et Tuileries.

Ainsi, la station Concorde (lignes 1, 8 et 12), située sous un stade éphémère des JO, tout comme celle des Tuileries (ligne 1), seront fermées comme prévu à partir du 17 juin, soit plus d’un mois avant la cérémonie d’ouverture, le 26 juillet. Ils seront néanmoins rouverts dès le « 2 septembre », alors que la réouverture de ces deux stations devait initialement avoir lieu le 21 septembre.

Concernant la station Champs-Élysées Clemenceau (lignes 1 et 13), qui devait être inaccessible du 1er juillet au 21 septembre, la fermeture a finalement été reportée au 20 juillet et la réouverture avancée au 9 septembre.

« Trop pénalisant pour les usagers »

Autre bonne nouvelle confirmée par le ministre, la station Champs-Élysées Clemenceau sera accessible durant un court laps de temps, entre les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques, soit « du 12 au 21 août », a-t-il précisé.

Malgré des « contraintes techniques, liées au montage et au démontage des sites » de compétition, et pour « des questions de sécurité », les délais de fermeture ont donc été allégés au cas par cas, a expliqué le ministre des Transports. « Des fermetures moins longues, c’est quand même plus de liberté ».

La Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) Île-de-France avait dénoncé dès le mois de mai la « fermeture pendant trois mois environ de trois stations de métro, y compris les correspondances » et demandait « la révision de ce dispositif, trop pénalisant pour les usagers franciliens ».

À voir également sur Le HuffPost :

En cas de malaise voyageur dans le métro de Paris, la doctrine d’intervention va changer, annonce Valérie Pécresse

À Paris, la corneille prisonnière d’une station de métro a enfin été libérée