À Paris, deux hommes qui s'embrassaient frappés par leur chauffeur VTC

Le HuffPost avec AFP
À Paris, un couple d'hommes frappé par leur chauffeur VTC. Photo d'illustration.

HOMOPHOBIE - Ça n'en finit pas. Deux hommes qui s'embrassaient dans un VTC dans la nuit de dimanche à lundi ont été frappés par leur chauffeur, des faits qui s'inscrivent dans une récente série d'agressions homophobes à Paris, a-t-on appris vendredi 19 octobre de source policière.

L'agression s'est déroulée vers 01H00 dans le XIIe arrondissement de la capitale. Alors que ses deux passagers échangent un baiser, le chauffeur arrête soudain la course, les fait sortir de la voiture en déclarant qu'il ne transporte pas des gens comme "eux".

Le couple de clients tente alors de récupérer ses bagages dans le coffre mais le chauffeur les en empêche puis donne un coup de poing à l'un et des coups de pied à l'autre. L'une des victimes s'est également fait cracher dessus par un homme qui assistait à la scène en les insultant, a-t-on précisé de source policière. Les victimes ont porté plainte et l'enquête a été confiée au commissariat du XIXe arrondissement.

Un rassemblement prévu dimanche

Plusieurs agressions à caractère homophobe ont eu lieu à Paris ces dernières semaines. Le 18 septembre, un jeune comédien a été insulté et frappé alors qu'il se trouvait avec son compagnon à la sortie d'un théâtre. Le 6 octobre, deux hommes ont été agressés par deux personnes alors qu'ils échangeaient un baiser. L'un des auteurs a été condamné à un an de prison ferme.

Mardi, le président d'Urgences Homophobie, une association d'aide aux étrangers LGBT en danger dans leur pays, a été frappé à la sortie d'un restaurant du IIe arrondissement. Selon la préfecture de police, les actes à caractère homophobe entre janvier et septembre sont cependant en baisse de 37% dans la capitale par rapport à 2017 sur la même période (74 faits constatés contre 118).

SOS Homophobie et l'Inter-LGBT ont appelé à un rassemblement dimanche place de la République à Paris en soutien aux victimes et pour appeler le gouvernement à prendre des mesures "contre les LGBTphobies".

À voir également sur Le HuffPost:...Retrouvez cet article sur le Huffington Post