À Paris, des décorations de Noël… en attendant les passants

Par Thibaut Déléaz
·1 min de lecture
Si d'habitude il faut jouer des coudes pour pouvoir admirer les vitrines des grands magasins parisiens, elles sont désertées cette année, confinement oblige.
Si d'habitude il faut jouer des coudes pour pouvoir admirer les vitrines des grands magasins parisiens, elles sont désertées cette année, confinement oblige.

L'an passé, c'était un événement qui avait attiré plusieurs dizaines de milliers de personnes sur les Champs-Élysées à Paris. Cette année, le lancement des illuminations de la plus belle avenue du monde s'est fait dans une apparente indifférence générale, Covid-19 oblige. Pas de scène au milieu de l'avenue piétonnisée, pas de public? À la place, la maire de Paris, Anne Hidalgo, la chanteuse Louane, marraine de l'édition 2020, et une poignée d'élus triés sur le volet ont allumé, dimanche 22 novembre, les 400 platanes de l'avenue depuis la terrasse d'un immeuble, en direct sur Internet.

L'installation des illuminations des Champs-Élysées a coûté 800 000 euros, mais le Comité Champs-Élysées ? l'association des commerçants de l'avenue ? a tenu à les maintenir, malgré la pandémie, pour la magie de Noël. « Il était hors de question d'éteindre les Champs et de priver les Parisiens de ce moment si particulier qui lance la saison des fêtes de fin d'année », a justifié auprès du Monde son président Jean-Noël Reinhardt. Une manière aussi de montrer que le paquebot Champs-Élysées n'a pas encore coulé, même s'il est très mal en point. La fermeture des magasins avec le confinement vient s'ajouter à deux années compliquées pour l'avenue commerçante, des Gilets jaunes qui y manifestaient chaque samedi à la disparition des touristes depuis mars avec le Covid-19. Loin des 300 000 personnes qui pouvaient y passer chaque jour, les Champs ne comptent plus que 35 000 passants qu [...] Lire la suite