À Paris, le célèbre cinéma associatif La Clef a trouvé un repreneur, ses défenseurs n'en veulent pas

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Occupé depuis des mois, le cinéma parisien La Clef a trouvé un repreneur, prêt à mettre plusieurs millions d'euros pour ce temple du 7e art. Mais d'irréductibles cinéphiles continuent le combat, convaincus que l'âme du lieu est menacée.

Un lieu de transmission à part

Lieu de transmission depuis les années 1970, ce cinéma de deux salles est situé au cœur de Paris, dans le quartier Latin, soumis à une forte spéculation immobilière. Il a changé plusieurs fois de mains et s'est fait une place à part en offrant une visibilité à des cinéastes africains, asiatiques ou sud-américains peu programmés ailleurs. Mais l'équipe a été mise au pied du mur par le propriétaire, le comité d'entreprise des Caisses d'Epargne, décidé à se défaire de son bien.

Après des mois d'une occupation défendue par une pléthore de personnalités, de Cédric Klapisch à Jean-Luc Godard, un repreneur a mis 4,2 millions d'euros sur la table, s'engageant à maintenir le cinéma. Ça semble inespéré, surtout dans le contexte actuel. "Nous avons envie de faire une programmation à la fois pointue et engagée, en lien avec notre ADN, la solidarité et la préservation de l'environnement", explique à l'AFP Nicolas Froissard, l'un des dirigeants de ce repreneur, le groupe SOS, l'une des plus grosses associations de l'économie sociale et solidaire (21.000 salariés), présent dans l'emploi, les seniors, la jeunesse...

La vente ne sera effective qu'à la fin de l'occupation

Pourtant, le collectif Home Cinéma n'a aucune intention (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi