À Périgueux, un texte municipal en écriture inclusive attaqué en justice

·1 min de lecture

Un ancien élu attaque la mairie de Périgueux en justice pour avoir instauré l’usage de l’écriture inclusive dans le règlement intérieur de son conseil municipal. Une démarche aux fondements juridiques fragiles qui étonne la maire Delphine Labails.

Le 25 janvier 2021, Patrice Reboul, ancien avocat et élu municipal de Périgueux jusqu’en 2014, aujourd’hui membre du Parti Radical de Gauche, a adressé une requête devant le tribunal administratif de Bordeaux " demandant l’annulation du règlement intérieur de la Ville de Périgueux rédigé en écriture dite inclusive "." L'affaire " commence lors du conseil municipal du 18 décembre 2020 à la mairie de Périgueux. Les élus votent alors leur règlement intérieur, porté par la majorité issue d’une liste d’union de la gauche et la nouvelle maire Delphine Labails.Ce règlement intérieur est obligatoire pour les communes de plus de 1000 habitants et selon le Code général des collectivités territoriales, il doit être adopté dans les six mois qui suivent l’installation du conseil municipal. Mais ce 18 décembre à la mairie de Périgueux, ce n'est pas le fond mais la forme de ce règlement intérieur qui fait débat : il est en écriture inclusive.La majorité assume une décision politique qui doit mettre le mandat sous les auspices de l’égalité hommes-femmes, l’opposition de droite fustige un choix " idéologique " et " dogmatique ". Le règlement intérieur est finalement voté dans sa forme " inclusive ", et on passe au sujet suivant."L'écriture...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République