À la Une: ouverture du IXe Sommet des Amériques à Los Angeles

Le président américain Joe Biden a ouvert mercredi 8 juin le sommet qui, précise le Los Angeles Times, se tient pour la première fois aux États-Unis depuis sa création en 1994, mais qui est « assombri par les retombées de l’exclusion des dirigeants de Cuba, du Nicaragua et du Venezuela », considérés comme « des régimes autoritaires » par les États-Unis. Du coup, Joe Biden a insisté dans son discours d’ouverture, présentant la démocratie comme « un emblème de notre région ».

Ce qui n’empêche pas, au Chili, le journal La Tercera de blâmer dans son éditorial cette « stratégie d’exclusion », en citant la ministre des Affaires étrangères chilienne Antonia Urrejola : « En ces temps d’après-pandémie et de crise économique, il faut aussi avoir un espace de dialogue au-delà de nos divergences (…) : on ne peut améliorer la situation des peuples cubains, nicaraguayens ou vénézuéliens en pratiquant l’exclusion. »

Le journal précise que, selon le conseiller à la sécurité américain Jake Sullivan, on parlera effectivement d’élections, mais aussi de préservation de l’Amazonie. Plus largement, d’ici vendredi à ce sommet des Amériques, doivent être signés des engagements sur la démocratie, l’immigration, l’intégration numérique ou encore des partenariats sur la santé, explique Folha.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles