À la Une: nouvelles élections anticipées en Bulgarie, l'instabilité à perpétuité?

Le 9 juin, les Bulgares retournent aux urnes pour de nouvelles législatives anticipées, les sixièmes en trois ans. Mais ces élections risquent bien de ne rien changer à la crise politique dans laquelle le pays est enlisé. L'ambiance de la campagne se résume en trois mots : méfiance, résignation, abstention. Quant aux européennes, qui ont lieu le même jour, l'intérêt est proche du néant. La Bulgarie est-elle coincée dans une instabilité à perpétuité ? Ces derniers jours, un scandale émaille en tout cas la campagne électorale : sous la pression de la Serbie, le gouvernement intérimaire bulgare aurait voulu modifier la position de la Bulgarie concernant la résolution de l'ONU sur le génocide de Srebrenica votée jeudi 23 mai. Finalement, le pays a voté pour, mais la polémique fait rage.

Srebrenica : la fallacieuse rhétorique nationaliste des autorités serbes

En Serbie et en Republika Srpska, l'entité serbe de Bosnie-Herzégovine, les autorités ont fermement bataillé contre ce texte, en ressortant la vieille ficelle nationaliste : poser le peuple serbe en éternelle victime plutôt que de se confronter au passé. Une rhétorique fallacieuse, comme l'analyse Denisa Kostovicova, qui enseigne la politique internationale à la London School of Economics.


Lire la suite sur RFI