À la Une: nouvelle crise politique au Pérou

© AP/Guadalupe Pardo

Le Pérou est de nouveau plongé dans une énième crise politique. « Après avoir accepté la démission du Premier ministre, que je remercie au nom du pays pour son travail, je vais renouveler le Cabinet », a annoncé le président Pedro Castillo à minuit dans une adresse surprise à la nation. « Je demande au Congrès de respecter l’État de droit, les droits du peuple, la démocratie et l’équilibre des pouvoirs de l’État ».

La démission du Premier ministre péruvien, Anibal Torres, est le dernier symptôme en date du conflit entre le gouvernement de gauche et le Congrès où l’opposition conservatrice est majoritaire, rappelle le journal Correo.

La raison pour cette nouvelle passe d’armes entre les deux camps ? Le président Castillo veut organiser un référendum pour convoquer une Assemblée constituante sans passer par un vote au Congrès. Ce qui refuse catégoriquement la majorité conservatrice au Parlement, rapporte Péru 21. Après la démission du Premier ministre, le président doit maintenant nommer un nouveau gouvernement, « le cinquième déjà depuis son arrivée au pouvoir en juillet 2021 ».

Une fois le premier choc encaissé, beaucoup de commentaires dans la presse dominicaine reviennent ce vendredi 25 novembre sur l’annonce de sanctions américaines contre l’entreprise Central Romana principale productrice de sucre en République dominicaine.


Lire la suite sur RFI