À la Une: un nouveau gouvernement au Pérou

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président péruvien Pedro Castillo a annoncé mercredi la démission de son Premier ministre, deux mois après sa prise de fonction, une décision qui entraîne automatiquement celle de l'ensemble du gouvernement. Dans la foulée, le chef de l’État péruvien a nommé au poste de Première ministre Mirtha Vásquez, une militante de l'environnement et des droits humains, un geste envers l'aile modérée de la tacite coalition de gauche qui le soutient au gouvernement.

Pour le journal El Commercio, le départ du Premier ministre est une bonne nouvelle : « Enfin ! », s'exclame l'éditorialiste, « après 69 jours, Guido Bellido est tombé hier après-midi ! Cette personne n'aurait jamais dû accéder à ce poste », estime El Commercio qui reproche à Guido Bellido d'avoir « nuit à la fonction de Premier ministre comme jamais personne auparavant. Au final, Guido Bellido est parti en donnant une conférence de presse dans la solitude. Il ne méritait pas mieux ».

Pour La Razon, le gouvernement Bellido et le gouvernement Vasquez « c'est du pareil au même ». Le journal conservateur met en garde ses électeurs : la nouvelle Première ministre est, je cite, « une rouge, une anticapitaliste qui va remplir les postes à la tête de l'État péruvien de communistes ». Pour l'éditorialiste, l'objectif de cette nouvelle équipe n'est guère différent que l'objectif de l'ancienne : « ils veulent détruire l'économie péruvienne, briser le moral du pays et implanter un régime marxiste ». Et La Razon de conclure : « Nous qui voulons la démocratie, nous nous battrons pour que ces gens-là quittent le pouvoir exécutif ».

États-Unis : un juge fédéral bloque la loi sur l’interdiction de l’avortement au Texas

Le juge Pitman a bloqué temporairement la très controversée loi qui interdit des avortements au-delà de la sixième semaine de grossesse au Texas.« Dans sa décision de 113 pages, le juge Robert Pitman s'est rangé du côté de l'administration Biden », fait remarquer le New York Times. Le quotidien rappelle que « le ministère américain de la Justice a intenté une action en justice pour bloquer cette loi texane après que la Cour suprême avait refusé d'intervenir ». Le juge Pitman en tout cas n'a pas mâché ses mots pour critiquer la loi texane : « À partir du moment où le texte est entré en vigueur, les femmes ont été illégalement empêchées d'exercer un contrôle sur leur propre vie d'une façon qui est protégée par la Constitution », a-t-il estimé.

Les avortements au-delà de six semaines de grossesse peuvent donc théoriquement reprendre aujourd'hui au Texas. Mais selon le New York Times, « beaucoup de cliniques ont exprimé des hésitations hier, craignant être condamnées de façon rétroactive si jamais la loi allait être réactivée. » Puisque, souligne de son côté le journal USA Today, « la lutte autour de ce texte – et donc autour de l'avortement en général – est loin d'être terminée. Le Texas fera probablement appel de la décision devant l'une des cours d'appel les plus conservatrices de cet État. Et la bataille juridique pourrait à nouveau être portée devant la Cour suprême des États-Unis ».

Colombie : la dernière opération militaire contre un camp de la guérilla ELN n'a pas seulement tué l'un de ses chefs

Ce raid aérien qui a eu lieu le 16 septembre dans le département de Choco a tué huit autres personnes. « D'après le rapport d'un médecin légiste qui avait été chargé de l'autopsie, quatre des huit morts étaient des mineurs, âgés de 13 à 17 ans », révèle aujourd'hui El Espectador. Ce n'est pas la première fois des mineurs meurent quand l'armée vise les groupes criminels, souligne le journal. « Le ministre de la Défense avait parlé d'une “opération de haute précision” qui visait l'un des chefs de l'ELN, mais il n'avait pas évoqué la mort des adolescents ».

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles