À Nice, le festival "Mars aux musées" se réinvente avec une programmation 100% numérique

Le Covid-19 n’aura pas eu le dernier mot. La 20e édition du festival Mars aux musées bat son plein, malgré la fermeture des lieux culturels. Les étudiants qui l’organisent ont tout misé sur le numérique. Les performances artistiques que le public vient habituellement voir dans les musées sont filmées. Puis diffusées sur le site internet du festival et les réseaux sociaux (Facebook et YouTube). "On a du théâtre, de la danse, une chanteuse lyrique, des drag queens, du violon… On a vraiment tous les styles d’art. À partir du moment où c’était faisable dans les musées, où les compagnies étaient prêtes à venir collaborer avec nous, on a mis en place une programmation complètement éclectique", raconte avec enthousiasme Laure Miguet, co-présidente de l'association des médiateurs et ingénieurs culturels associés (Mica) en charge d’organiser le festival. Entre les spectacles et les médiations culturelles, une soixantaine de vidéos ont été tournées. Une centaine d'artistes et huit musées ont joué le jeu, dont le Musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice (Mamac). Le festival se poursuit jusqu’au 28 mars.