À Nice, une fête de la Toussaint sous haute-sécurité

·1 min de lecture

A Nice, trois jours après l'attentat au couteau qui a coûté la vie à trois personnes dans la basilique Notre-Dame, et au lendemain de l'attaque d'un prêtre orthodoxe à Lyon, la fête de la Toussaint se déroule sous-haute sécurité. Sur l'ensemble du territoire, 14.000 hommes sont déployées pour assurer la surveillance et la protection des lieux de culte. Au cœur de la cité méditerranéenne, meurtrie par ce nouvel attentat, deux à quatre hommes sont discrètement positionnés devant chaque édifice.

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici

"On a un peu peur"

"L'église n'est pas très remplie", confie une fidèle de la paroisse Saint-Jean Baptiste le Vœu. "Même si les gens se motivaient malgré le confinement, on a un peu peur. Deux trois personnes sont rentrées pendant la messe et les gens se sont retournés pour voir qui rentrait. On n'est pas très tranquille".

Eglise de Saint-Jean-Baptise le Vœu à Nice
Eglise de Saint-Jean-Baptise le Vœu à Nice

© Fréderic Michel / Europe 1

Des gendarmes et des militaires de l'opération Sentinelle ont été déployés, tout comme 120 policiers et 130 réservistes. De quoi rassurer les fidèles. "J'appréhendais j'avais peur de venir mais je suis rassurée je vois les gendarmes ...


Lire la suite sur Europe1