À New York, une start-up expérimente un tatouage qui disparaît au bout d'un an

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Entre la marque indélébile et les décalcomanies, une start-up new-yorkaise propose une alternative : un tatouage éphémère qui disparaît au bout d'un an environ. La société ambitionne d'ouvrir le marché à une nouvelle clientèle.

Après six ans de développement, la jeune société Ephemeral a trouvé la formule d'une encre composée de polymères biodégradables, qui se dissout naturellement entre 9 et 15 mois après injection selon le même procédé qu'un tatouage classique.

Abigail Glasgow a choisi. Cette fois, ce sera un "m", première lettre du prénom de son fiancé, tatoué sur l'avant-bras. Un choix risqué ? "Ça va disparaître, donc je ne m'inquiète pas trop", dit-elle, le regard malicieux.

Seul le noir est disponible pour l'instant

Quand il était étudiant à l'université NYU, Josh Sakhai, l'un des trois co-fondateurs d'Ephemeral, voulait un tatouage permanent. Mais "j'avais peur de m'engager", se souvient ce fils d'une famille d'origine iranienne, qui ne goûtait pas vraiment le tatouage. Lui est alors venue l'idée d'un tatouage temporaire et d'une encre évanescente, qui a nécessité 50 formulations successives. Il en a testé un certain nombre sur lui-même.

Le tout a été élaboré en interne dans le laboratoire maison, à Milford (Connecticut), en collaboration avec des dermatologues, uniquement à partir de composants déjà autorisés pour d'autres produits par le régulateur américain, la Food and Drug Admnistration (FDA).

Pas de brouillage ou de dilution avec le temps, comme pour certains (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi