À Naples, les fresques liées à la mafia bientôt supprimées des murs ?

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Plusieurs peintures murales dessinées à Naples, en hommage à des défunts liés au crime organisé, sont supprimées depuis le début de l'année, sous l'impulsion du préfet.
Plusieurs peintures murales dessinées à Naples, en hommage à des défunts liés au crime organisé, sont supprimées depuis le début de l'année, sous l'impulsion du préfet.

Les pouvoirs publics de Naples, dans le sud de l'Italie, sont en train de refermer un vieux chapitre, au grand dam de nombreux habitants. Comme l'indique le quotidien La Stampa, relayé par le Courrier international, plusieurs fresques dessinées sur les murs de la ville, en hommage à des défunts, sont supprimées depuis le début de l'année, sous l'impulsion du préfet. En cause, ces illustrations représentaient souvent des hommes qui étaient liés au crime organisé et à la mafia napolitaine, obligeant les autorités à vouloir les faire disparaître.

Célébrer des êtres chers décédés par le biais de portraits est pourtant une vieille tradition à Naples et certains habitants se soulèvent afin de faire suspendre ses suppressions. Récemment, ces habitants ont obtenu gain de cause auprès de la justice concernant le portrait d'Ugo Russo, un jeune de 15 ans tué par un policier hors service qu'il essayait de truander avec un faux pistolet, qui a gardé sa place malgré la volonté des autorités de le faire disparaître.

À LIRE AUSSILes sirènes des ambulances dérangent la mafia napolitaine

« Les morts doivent être respectés, pas effacés »

En représailles des suppressions de fresques de certains de ces membres, la Camorra a pris pour cible d'autres dessins vus comme un symbole de l'État, souligne le quotidien italien. Elle a notamment écrit « Les morts doivent être respectés, pas effacés » sur celui du chanteur napolitain Nino D'Angelo, réalisé avec la collaboration de la mairie d [...] Lire la suite