À Mulhouse, un canular téléphonique mobilise des dizaines de policiers

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Dans le jargon policier, ce genre de canular est appelé un « viol vocal ».
Dans le jargon policier, ce genre de canular est appelé un « viol vocal ».

En cette période d'alerte terroriste et de coronavirus, voici une plaisanterie particulièrement mal placée. Samedi 7 novembre au soir, à Mulhouse (Haut-Rhin), le commissariat central reçoit un appel de détresse inquiétant, rapporte le quotidien régional L'Alsace. Au téléphone, une femme paniquée explique que son mari vient de tirer dans la gorge de leur fille avec un pistolet semi-automatique Glock, avant de se retrancher dans leur appartement, en plein centre-ville.

Une fois la communication terminée, l'opérateur ne parvient plus à joindre le numéro qui s'affichait et décide d'alerter les équipes mobiles. Rapidement, les brigades anticriminalité (BAC) et la section d'intervention (SDI) se mettent en branle, lourdement équipées. Le Raid est également alerté, prêt à intervenir.

Numéro de téléphone piraté

En arrivant sur place, ces équipes bouclent le quartier et les pompiers mettent en place un important dispositif. Une vingtaine de policiers investissent ensuite l'immeuble alors que la femme en détresse ne donne toujours pas de nouvelles. Mais elle va finalement répondre au téléphone et ouvrir la porte aux forces de l'ordre, étonnée par cette mobilisation. Cette mère de famille, qui vit avec ses trois enfants, leur explique que son numéro de téléphone a été piraté il y a une semaine. Les fonctionnaires comprennent alors qu'ils ont été victimes d'un canular téléphonique?

Lire aussi Sécurité, terrorisme? Le confinement va-t-il faire monter la pression ?

« C'est c [...] Lire la suite