À Mouthe, jamais un mois d’octobre ne s’était fini sans gel avant 2022

Dans la « ville la plus froide de France », des gelées avaient toujours eu lieu en octobre depuis 1880. Jusqu’à ce mois exceptionnellement doux...

CHANGEMENT CLIMATIQUE - C’est une première historique en au moins 140 ans. Ce lundi 31 octobre, dernier jour du mois, le météorologue François Jobard de Météo-France a publié une preuve supplémentaire et édifiante de la réalité du changement climatique : en cette année 2022, octobre n’aura été marqué par aucune journée de gel à Mouthe, la ville la plus froide de France.

Du jamais vu, comme le précise le spécialiste dans son tweet, expliquant que depuis les premières mesures en 1880, il y avait toujours eu au moins deux jours de gelées en octobre dans cette commune du Doubs, en Bourgogne-Franche-Comté.

Surtout, c’est la tendance de ce que dessinent les relevés qui a de quoi alerter, avec un très net recul des jours de gel depuis que l’activité humaine et donc son impact sur le climat s’intensifient.

Un mois d’octobre exceptionnellement doux

« Le nombre moyen de gelées en octobre était de 18 jours sur la période 1951-1980. 28 en 1974 et 1888, 2 en 2004 et 2006, et 0 donc en 2022 », écrit ainsi François Jobard, ébauchant un nombre de jours de gelées qui baisse de manière irrémédiable depuis près d’un siècle et demi. C’est effectivement depuis les années 1990 que sont relevés la plupart des records négatifs en matière de gel.

Pour rappel, Mouthe est un excellent indicateur climatique à l’échelle de la France puisque c’est là que Météo France a observé la température la plus basse jamais relevée dans l’Hexagone : -36,7 °C le 13 janvier 1968. Le résultat d’une situation géographique très particulière, Mouthe étant engoncée dans une combe où le vent froid stagne, le tout entre deux massifs montagneux.

Dans la même veine, un autre spécialiste de Météo-France, le prévisionniste Étienne Kapikian note que la douceur exceptionnelle du mois d’octobre qui s’achève peut être observée sur d’autres stations. Et notamment à la station du Mont Aigoual, dans les Cévennes, où les températures moyennes pour un mois d’octobre dépassent cette année de près de 2 °C le précédent record. Le tout à près de 3,5 °C au-delà des normales de saison.

Lire aussi :

Les prévisions météo d’Évelyne Dhéliat pour 2050 sont effrayantes

Climat: Total connaissait son impact sur le réchauffement dès 1971

VIDÉO - Canicule : Evelyne Dheliat désespérée par les fortes chaleurs