À Moscou, des hackers commandent des dizaines de taxis et créent un embouteillage monstre

Yandex Taxi a été victime de pirates informatiques qui ont envoyé des dizaines de taxi à la même adresse. L’attaque n’a pas été revendiquée.

RUSSIE - Un acte destiné à protester contre l’invasion russe en Ukraine ? Ce jeudi 1er septembre, des pirates informatiques ont pris pour cible la plateforme russe Yandex Taxi pour commander des voitures, les envoyant toutes à la même adresse. Conséquence, des embouteillages sur des centaines de mètres dans le centre de Moscou.

La compagnie Yandex a confirmé l’incident dans un communiqué relayé notamment par Forbes Russia : « Dans la matinée du 1er septembre, des attaquants ont tenté de couper le service Yandex Taxi — plusieurs dizaines de conducteurs ont reçu l’ordre de se rendre dans la zone de Fili », le quartier historique de la capitale.

Envoyés en même temps à la même adresse, les véhicules se sont retrouvés bloqués sur l’avenue Kutuzovsky, l’une des voies principales traversant Moscou. Yandex a indiqué avoir tenté rapidement de bloquer les fausses commandes, ce qui n’a pas empêché des bouchons.

Yandex sanctionné par l’UE à cause de la guerre en Ukraine

« Les chauffeurs ont passé environ 40 minutes dans les embouteillages. Nous allons nous pencher dans le futur proche sur un mécanisme de compensation », a précisé l’entreprise, qui va renforcer sa sécurité pour éviter un nouvel incident à l’avenir.

Les hackers ne se sont revendiqués d’aucun groupe et n’ont pas précisé la raison de ce piratage. Toutefois, la guerre en Ukraine est dans toutes les têtes. En effet, Yandex Taxi appartient à Yandex, le Google russe, entreprise sanctionnée par l’Union européenne. Cette dernière accuse le moteur de recherche de cacher des informations liées à l’invasion russe à ses utilisateurs.

Lire la suite

VIDÉO - Ukraine : l'équipe de l'AIEA est arrivée à la centrale nucléaire de Zaporijjia

Lire aussi :

« L’intégrité physique de la centrale de Zaporijjia a été violée », alerte l’AIEA

Gorbatchev faisait l’objet d’un « dénigrement larvé » dans la Russie de Poutine

undefined