À Moscou, un défilé militaire imposant à la veille du référendum constitutionnel

Défilé grandiose ce 24 juin sur la place Rouge à Moscou pour célébrer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Reporté une première fois, le défilé a finalement été maintenu, malgré les risques liés au coronavirus. Pas question pour Vladimir Poutine de renoncer à cet évènement censé exalter la grandeur de la Russie.

Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

Pas de masque pour Vladimir Poutine ni pour ses invités, et sur la place Rouge, les soldats ont défilé en rangs serrés, comme il se doit. Sur les images retransmises par la télévision, la parade se déroulait comme si l’épidémie de coronavirus n’avait jamais eu lieu.

Le président russe tenait absolument à ce que le défilé soit maintenu pour célébrer cette puissance retrouvée de la Russie et pour rendre hommage aux soldats soviétiques tombés durant la Seconde Guerre mondiale. « Il est impossible d’imaginer ce que le monde aurait été si l’Armée rouge ne s’était pas levée pour le défendre », a déclaré le présient russe.

Vladimir Poutine, ces derniers mois, n’a cessé d’accuser les pays occidentaux de vouloir minimiser le rôle de l’URSS dans la victoire sur le nazisme. « Le peuple soviétique a payé le plus lourd tribut face au nazisme, et notre devoir est de défendre cette vérité indiscutable », a également lancé Vladimir Poutine de la tribune installée sur la place Rouge.

Deux nouveaux mandats pour Poutine ?

Un message adressé aux pays occidentaux mais également à l’opinion russe alors que la population est appelée aux urnes, la semaine prochaine, pour le référendum sur la réforme de la Constitution. Une réforme qui doit permettre à Vladimir Poutine, s’il le souhaite, de briguer deux nouveaux mandats, et donc potentiellement de rester au pouvoir jusqu’en 2036.

Cette réforme touche à de nombreux sujets de société, et parmi eux justement, il y a l’idée que la Russie doit « honorer la mémoire des défenseurs de la patrie et qu’elle assure la protection de la vérité historique ». Ce combat mémoriel que livre Vladimir Poutine, à tort ou à raison, joue également un rôle politique très important en Russie, et jouera un rôle sans doute pour motiver une partie de l’électorat russe pour aller voter en faveur de la réforme voulue par le Kremlin.