"Mon fils m'a demandé si le prénom 'Pierre' existait en dehors des livres": Macron interpellé sur le manque de mixité sociale

Clarisse Martin
·2 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une mère de famille a raconté au chef de l'État que son fils lui avait demandé si le prénom "Pierre" existait en dehors des livres.

Dans la foulée de son interview au Figaro sur le thème de la sécurité, Emmanuel Macron s'est rendu ce lundi à Montpellier (Hérault) pour une visite consacrée à la même thématique, au cours de laquelle il s'est notamment rendu dans le quartier sensible de La Mosson, au nord de la ville.

Une visite au cours de laquelle le chef de l'État, à un an de l'élection présidentielle de 2022, a renoué avec la pratique des bains de foule, et qui a donné lieu à des échanges avec les habitants, faisant dévier la thématique sécuritaire de la visite d'Emmanuel Macron.

"Pierre, ça existe?"

À l'occasion de l'un d'eux, Emmanuel Macron a été interpellé par une mère de famille sur le manque de mixité dans le quartier de La Mosson, où un point de deal a été démantelé en mars.

"Je déplore le manque de mixité dans le collège de quartier, les gens ne mettent plus les enfants dans le même quartier, ce qui est vraiment dommage. M. le président, j'ai mon fils qui a huit ans, il m'a demandé si le prénom de 'Pierre' existait vraiment ou si ce n'est que dans les livres, tellement il y a un manque de mixité dans le quartier. C'est vraiment grave. (...) Cette question m'a choquée", a déclaré Naima Amadou au chef de l'État, en présence de la presse.

Selon l'Agence France-Presse (AFP), également présente lors de l'échange, la mère de famille a ajouté qu'il fallait "aussi que les enfants n'aient plus peur de la police, qu'il y ait un travail avec la police dès la maternelle". Elle a également raconté avoir mis sa fille dans un collège privé, bien plus loin, afin qu'elle y retrouve la mixité qu'elle-même a connue plus jeune. "J'ai connu l'école de la République avec une grande mixité, ce que je ne retrouve plus maintenant", s'est-elle attristée.

"Que tout le monde retrouve la dignité"

Face à Emmanuel Macron, une déléguée de parents d'élèves a déclaré vouloir "changer l'image de La Mosson. Que tout le monde retrouve la dignité", rapporte l'AFP.

"Ce que je souhaite, c'est que tous les enfants de Montpellier accèdent à une éducation de qualité", a réagi le maire socialiste de la ville Michaël Delafosse, interrogé sur BFMTV en début de soirée. "Dans les quartiers sujets à la rénovation urbaine, il nous faut travailler sur des stratégies de mixité", a-t-il ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :