À Montceau-les-Mines, la centrale à charbon « Lucy 3 » a été dynamitée devant Bruno Le Maire

L’ancienne centrale à charbon « Lucy 3 », située à Montceau-les-Mines, en Bourgogne-Franche-Comté, a été détruite ce mercredi 8 novembre.
L’ancienne centrale à charbon « Lucy 3 », située à Montceau-les-Mines, en Bourgogne-Franche-Comté, a été détruite ce mercredi 8 novembre.

FRANCE - Une destruction symbolique à l’ère de la transition énergétique. Une ancienne centrale à charbon, Lucy 3, située dans la commune de Montceau-les-Mines, en Saône-et-Loire, a été dynamitée ce mercredi 8 novembre. Mise en service à la fin de la Première guerre mondiale, elle avait été mise à l’arrêt en 2014.

La fermeture des centrales à charbon, la promesse repoussée d’Emmanuel Macron

Comme vous pouvez le voir dans les vidéos ci-dessous, la tour et la cheminée de cette ancienne centrale thermique se sont effondrées sur elles-mêmes aux alentours de 14 heures, provoquant un important panache de fumée.

Bruno Le Maire sur place

Des explosifs avaient été installés mardi sur la tour, relate nos confrères de France 3 Bourgogne. Un périmètre de sécurité de 400 m autour de la centrale avait été mis en place pour veiller à ce qu’aucun habitant ne soit blessé.

Pour l’évènement, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, était présent, a indiqué Louis Largueritte, député Renaissance de Saône-et-Loire. Il se réjouit sur X que ce démantèlement « marque le début d’une nouvelle ère pour le bassin minier : celle de la création d’emplois, de la transition écologique et de la réindustrialisation ».

Pour remplacer Lucy, un parc de 30 000 panneaux photovoltaïques, qui peuvent fournir de l’électricité à plus de 7 000 foyers, a été construit à Montceau-les-Mines, une commune de moins de 20 000 habitants, indique France 3. La mairie veut également miser sur la production d’hydrogène dans les années à venir.

À voir également sur Le HuffPost :

La voiture électrique, clef de la planification écologique ? Emmanuel Macron oublie un détail

Bruno Le Maire n’exclut pas de nouveaux EPR malgré le fiasco de Flamanville