À Milwaukee, la famille de la première victime du Covid-19 dénonce la gestion de l'épidémie par le gouvernement Trump

franceinfo
·1 min de lecture

Lawrence Riley était la première victime du coronavirus à Milwaukee (Wisconsin, États-Unis). Son lieu préféré : le "Bud Bar Grill", tout près de la maison familiale. La femme de Lawrence, Linda, montre une petite table dans l'entrée, où trône un trophée de golfe, un drapeau américain plié soigneusement, et des photos d’un grand gaillard souriant. "Là, c’est lui quand il était bébé et là, une fois adulte, décrit la veuve. Ce sont des photos de mon mari, c’est un mémorial en son honneur. C’est comme s'il était encore à la maison." "Mon père était formidable, aimé de tous, très magnétique", renchérit Elvaugh, le fils de Lawrence et Linda. "Oui, un vrai père de famille", continue sa mère.

Une mort soudaine

Lawrence Riley est décédé en mars dernier, à 66 ans. Ce vétéran de la Navy, un pompier à la retraite, s’est tout à coup senti très mal. "Il dormait beaucoup, et un jour, il s’est évanoui à la maison, raconte Linda. Moi, je pensais qu’il avait la grippe. Nous l’avons emmené à l’hôpital. Là-bas, ils m’ont dit d’aller m’asseoir, que je ne pouvais pas rester avec lui. C’est là que j’ai commencé à être nerveuse. C’est la dernière fois que je l’ai vu. Il est mort trois jours plus tard." Linda et ses enfants n’ont pas pu être près de lui pour lui dire au revoir, "mais l’infirmière a été (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi