À Miami, les exilés cubains demandent une intervention militaire

·1 min de lecture
La communauté cubaine a manifesté à Miami.
La communauté cubaine a manifesté à Miami.

C'est une pluie qui ne rafraîchit pas, une pluie tropicale. Tombe-t-elle aussi sur ceux qui manifestent, à 330 kilomètres d?ici, plus au sud, à Matanzas, à Cuba ? Ceux sur qui pleuvent aussi les tirs et les coups de bâton ? Ici, sur le Palmetto Expressway, une voie rapide qui traverse Miami, elle tombe à verse, sur des centaines de visages qui ne la sentent pas. « Ils sont en train de tuer les Cubains de la rue, ils les battent jusqu?à la mort, ils ont sorti les milices, les bérets noirs ! » hurle Anabel, 48 ans. Elle porte un panneau, de l?espagnol mal traduit à l?anglais, avec les mots dans le mauvais ordre, qui signifie : « Nous voulons une intervention militaire à Cuba. »

Anabel est esthéticienne, elle a 48 ans, elle est venue par le Guatemala en 2004, elle déroule le récit que l?on entend neuf fois, si l?on demande dix fois, dans les manifestations qui ont lieu tous les jours à Miami, en soutien au soulèvement populaire sur l?île : la fuite, le trajet par divers pays, la famille restée là-bas. « À Cuba, la police s?attaque à des gens désarmés, poursuit-elle. J?ai entendu qu?ils avaient arraché les deux yeux d?un jeune homme, les deux yeux ! Je l?ai vu sur les réseaux sociaux. Ce dont on a besoin, c?est d?une intervention militaire, contre ces dictateurs qui nous maintiennent dans la faim et la misère depuis 62 ans. »

Diaspora

Un groupe se tient sous les panneaux de la bretelle d?autoroute, qui indiquent : « Attention, toutes voies fermées ». Debout le po [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles