À la messe du jubilé d'Elizabeth II, Boris Johnson hué copieusement lors de son arrivée

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'arrivée de Boris Johnson à la cathédrale Saint-Paul de Londres pour la messe du jubilé de platine de la reine n'est pas passée inaperçue.

JUBILÉ DE LA REINE - Sans la reine fatiguée, mais avec Harry et Meghan, la famille royale britannique s’est retrouvée ce vendredi 3 juin pour un office religieux célébrant les 70 ans du règne historique d’Elizabeth II, au deuxième jour de son jubilé de platine. À cette occasion, le Premier ministre Boris Johnson a fait une entrée remarquée à la cathédrale Saint-Paul de Londres, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Le palais de Buckingham avait annoncé jeudi soir l’absence ”à contrecœur” de la monarque de 96 ans, pourtant cheffe de l’Eglise et très croyante, en raison d’un certain “inconfort”. Comme de plus en plus souvent, la reine, qui a du mal à marcher, est représentée par son héritier Charles. Mais comme prévu, le duc de Sussex, médailles militaires accrochées à la veste, et la duchesse, en robe blanc cassé, sont arrivés peu après midi (heure de Paris) sous les applaudissements - et quelques huées - sur les marches de la cathédrale.

Avant eux l’arrivée du Premier ministre est également loin d’être passée inaperçue. Tenant la main de son épouse Carrie, Boris Johnson a été copieusement hué par la foule. Ses prédécesseurs, les anciens Premiers ministres Tony Blair, Gordon Brown, David Cameron et Theresa May étaient également présents.

La menace de la motion de censure après le “Partygate”

Il faut dire que les Britanniques n’ont pas encore digéré les récentes révélations qui entourent le gouvernement. Dans la tourmente après les révélations sur le scandale du Partygate, ces fêtes parfois très arrosées pendant les confinements, le dirigeant conservateur pourrait se retrouver sous la menace d’une motion de censure dès la fin des célébrations du jubilé de platine de la reine Elizabeth.

Le Partygate, qui a éclaté il y a plusieurs mois, a été éclipsé un temps par la guerre en Ukraine. Mais mercredi 25 mai, le rapport final de la haute-fonctionnaire Sue Gray a livré de nouveaux détails gênants sur 16 événements organisés à Downing Street, ou dans les alentours, entre mai 2020 et avril 2021.

Boris Johnson avait déjà reconnu avoir participé à plusieurs d’entre eux et a même reçu une amende 50 livres (60 euros) pour non-respect du confinement, une première pour un chef de gouvernement en exercice.

À voir également sur Le HuffPost: Au jubilé de la reine Elizabeth, le prince Louis a visiblement peu aimé le spectacle

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

VIDÉO - Royaume-Uni: Boris Johnson renouvelle ses excuses sur le "partygate"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles