À Marseille, Macron tente de répondre aux malaises par un plan d'investissement XXL

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Emmanuel Macron est arrivé mercredi après-midi à Marseille pour présenter un ambitieux plan destiné à répondre aux "urgences" sociales, éducatives, économiques et sécuritaires que cumule la deuxième ville de France, à huit mois de la présidentielle. Accompagné de pas moins de sept ministres, le chef de l'État a été accueilli par le maire socialiste de la cité phocéenne, Benoît Payan, à l'hôtel de ville pavoisé aux couleurs françaises, européennes et marseillaises (bleu et blanc), mais aussi au son des "Macron démission" lancés par quelques manifestants.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Prévu jusqu'à vendredi soir, le déplacement a débuté avec une réunion d'Emmanuel Macron avec une vingtaine d'élus locaux, dont la présidente de la métropole Martine Vassal, et les députés, dont Jean-Luc Mélenchon (LFI), élu à Marseille. Un vaste périmètre de sécurité a été mis en place sur les quais du Vieux-Port, qui baigne encore dans une atmosphère estivale.

Témoignages de souffrance

Sa visite s'est poursuivie sur le terrain, à la rencontre des habitants de la cité Bassens, dans ces quartiers nord de la ville, gangrénés par la violence et les trafics de stupéfiants. Prenant un véritable bain de foule dans cette cité du 15e arrondissement, le chef de l'Etat a d'abord dialogué avec des jeunes rassemblés sur un muret pour le voir. "On a une école abandonnée, il y a rien pour nous", lui a lancé l'un d'entre eux. "L'éducation c'est primor...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles