À Marseille, Macron tente une mue écologique

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Emmanuel Macron le promettait depuis une semaine : sur l’écologie, son projet méritait d’être « enrichi ». Samedi à Marseille, lors d’un discours quasi exclusivement consacré à ce thème, il a finalement dégainé ses propositions destinées à s’attirer les voix de gauche. Dans les grandes largeurs. S’il était réélu, son Premier ministre serait ainsi « directement chargé de la planification écologique ». Un terme cher à l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon , lui dont les électeurs du premier tour sont devenus, par leur nombre (7,7millions), si précieux au candidat de La République en marche pour tenter de l’emporter dans une semaine. C’est aussi pour se différencier de sa concurrente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen , et pour transformer le 24 avril en « référendum pour ou contre l’écologie » qu’il a si longuement parlé environnement. Devant environ 4 000 personnes, selon ses équipes, le président sortant s’est vu contraint de le crier: « Celui qui est encore En marche et l’extrême droite, non, ça n’est pas la même chose ! Ça, je ne l’accepte pas ! »

Il reprend l'expression « l'avenir en commun » de Mélenchon

Sur les pelouses du palais du Pharo, qui prend des teintes sablées à mesure que le soleil éclatant décline, Emmanuel Macron lance son opération séduction. Voilà qu’il n’hésite pas à dessiner un « avenir en commun » qui n’est autre que le titre du programme Insoumis. « La politique que je mènerai dans les cinq ans à venir sera écologique ou ne sera pas», assure-t-i...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles