À Marseille, Jean-Claude Gaudin rattrapé par sa gestion des ressources humaines

·1 min de lecture

Après une perquisition de ses domiciles marseillais et varois, Jean-Claude Gaudin a passé une demi-journée en garde à vue à la gendarmerie de Marseille. L’ancien maire est visé par une information judiciaire qui porte notamment sur le maintien en poste de plusieurs de ses proches qui avaient pourtant largement atteint l'âge de la retraite.

Du côté de Marseille, beaucoup pensaient que les huit morts de la rue d’Aubagne vaudraient à Jean-Claude Gaudin d’âpres démêlés judiciaires. Ce sont pourtant des soupçons de " détournements de fonds publics " au bénéfice de proches collaborateurs qui ont conduit l’ancien maire en garde à vue pendant plus de huit heures. Celui qui, à 81 ans, a présidé aux destinées de la deuxième ville de France durant un quart de siècle, est ainsi rattrapé, sept mois après la fin de son ultime mandat, par un rapport explosif de la Chambre régionale des comptes (CRC), rendu public à la fin novembre 2019. S’il s’est dit " serein " mais " choqué " à l’issue de son audition, il faut croire que les 140 pages dudit rapport ont nourri l’enquête menée par la juge d’instruction Cécile Meyer-Fabre, qui dirige l’information judiciaire ouverte depuis l’été 2019 à l’initiative du Parquet national financier.Critiquant une " gestion inflationniste des primes et indemnités ", les magistrats de la CRC avaient consciencieusement enquêté sur les ressources humaines de Marseille. Avec plus de 12 000 agents représentant fin 2017 une masse salariale de plus de 510...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Disparition de Jean-Claude Carrière, inlassable amoureux des mots et des images

Christine Angot, Catherine Allégret, Claude Ponti : ces autres livres qui ont révélé des affaires d'inceste

Et si Claude François n'avait pas eu l'idée de changer son ampoule dans son bain ?

Claude Brasseur : mort d'un acteur populaire au parcours singulier

Soupçons de financements libyens : Claude Guéant mis en examen pour "association de malfaiteurs"