À Marseille, les habitants d'une cité confient leur désespoir à Emmanuel Macron

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron en déplacement dans un quartier nord de Marseille. - BFMTV
Emmanuel Macron en déplacement dans un quartier nord de Marseille. - BFMTV

"L'éducation c'est primordial", a lancé un jeune éducateur mercredi au président Emmanuel Macron venu rencontrer les habitants désespérés de Bassens, un de ces quartiers du nord de Marseille paupérisés et frappés par le trafic de drogue.

Prenant un véritable bain de foule dans cette cité du 15e arrondissement, le chef de l'Etat a d'abord dialogué avec des jeunes rassemblés sur un muret pour le voir.

"L'éducation, c'est primordial"

"On a une école abandonnée, il y a rien pour nous", lui a lancé l'un d'entre eux. "L'éducation c'est primordial, il faut miser dessus pour pas que les jeunes dérivent", a insisté un jeune éducateur intervenant dans une cité d'un arrondissement voisin, les Marronniers, où un adolescent de 14 ans a été tué par balles le 18 août près d'un point de deal."Les jeunes, une fois qu'ils ont le pied à l'étrier, ça va", a-t-il ajouté.

Mais alors qu'Emmanuel Macron doit annoncer une aide importante pour rénover des écoles dans un état déplorable dans la deuxième ville de France, cet éducateur a demandé qu'il y ait "une traçabilité des fonds", pour que les choses s'améliorent vraiment.

Progressant au milieu de la foule, Emmanuel Macron est ensuite allé parler à un groupe de femmes, tenant même la main de l'une d'entre elles très émue. "J'ai tellement souffert, il n'y a pas de mots, je veux partir" de la cité, lui a lancé une autre d'entre elles.

"Tout a changé" dans la cité Bassens

À Bassens, la petite cité aux murs ocres est en effervescence avec la visite. Les enfants qui jouent au ballon en ce dernier jour de vacances ont été priés de se tenir tranquilles, des femmes ont installé des tables pour boire le thé tandis que des élus et représentants associatifs se sont rassemblés. Bassens est une cité "familiale" selon ses habitants, composée de petits immeubles de quatre étages très délabrés, où les rats courent sans gêne.

Souri, auxiliaire de vie de 63 ans raconte à l'AFP: "On a peur dans cette cité, quand je rentre du travail à 22h00 c'est désert et parfois ça tire comme dans un western". Il y a 40 ans, assure-t-elle, "on dormait la porte ouverte". Mais "tout a changé": "Aujourd'hui je n'attends plus rien puisque la cité va être détruite, juste qu'on me reloge bien".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles