À Marseille, des calanques menacées par le tourisme de masse

·2 min de lecture

L'afflux de visiteurs dans les calanques marseillaises menace à la fois l'équilibre environnemental du lieu mais aussi la tranquillité des riverains. Les responsables locaux cherchent désormais à dissuader certains touristes de s'y rendre, en les redirigeant vers les plages de Marseille, Cassis ou La Ciotat.

C'est l'une des destinations stars des vacances : les calanques entre Marseille et Cassis. Ce parc national attire de plus en plus de monde chaque année, ce qui pose désormais énormément de questions et de soucis pour les écosystèmes et pour les riverains. Face aux problèmes rencontrés, l'administration du parc cherche des solutions pour limiter le nombre de visiteurs dans ce décor de carte postale.

Car quelle que soit la saison, au premier rayon de soleil les riverains subissent l'affluence des visiteurs, témoigne Pascal Chaix, le président de l'Association du quartier de Port-Miou. "Dès le mois de février, il y a des embouteillages récurrents, des incivilités, des problèmes de propreté. Nous avons un joyau. On veut absolument le partager, mais il faut que ce paradis ne devienne pas un enfer."

145 kilos de déchets en une heure

Le tourisme de masse pourrait bien gâcher ce décor de rêve, déplore Eric Akopian, le président de l'association Clean my Calanques qui multiplie les ramassages de déchets. "Il y a tellement de monde qui vient qu'en une heure, avec quinze personnes, on ramasse 145 kilos de déchets dans les calanques", rapporte-t-il.

>> LIRE AUSSI -Après la crise, un tourisme écologique et durable ? "L’industrie n’aura pas le choix"

Etablir un quota de visiteurs

Pour juguler cette sur-fréquentation, une contre-communication dissuasive est menée dans les médias et sur les réseaux sociaux, nous explique le président du Parc national des calanques, Didier Réault. "...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles