À la une ce mardi 13 juillet…

·1 min de lecture
Le géant américain avait été enjoint en avril 2020 à entamer des négociations de « bonne foi » avec les éditeurs sur la question des droits voisins
Le géant américain avait été enjoint en avril 2020 à entamer des négociations de « bonne foi » avec les éditeurs sur la question des droits voisins

Droits voisins. L?Autorité de la concurrence doit déterminer ce mardi matin si Google a respecté son obligation de négocier avec les éditeurs de presse. Le géant américain avait été enjoint en avril 2020 à entamer des négociations de « bonne foi » avec les éditeurs sur la question des droits voisins. Les droits voisins, institués par une récente législation européenne, doivent permettre une rémunération des éditeurs de presse pour la reprise de certains contenus sur les grandes plateformes. En cas de non-respect de cette obligation, une amende pourrait être infligée à Google. Après cette décision, l?Autorité de la concurrence devrait se prononcer « d?ici à la fin de l?année », selon sa présidente, Isabelle Da Silva, sur un éventuel abus de position dominante.

À LIRE AUSSIDroits voisins : l?union fait la force

Renseignement. Le constat est dressé d?entrée. Et il est alarmant. Enquêter sur la Chine est « encore plus difficile qu?en Union soviétique au temps de la guerre froide ». Dans ce passionnant récit, nourri de commentaires et d?analyses d?anciens agents de la Central Intelligence Agency (CIA), Claire Meynial revient sur les lacunes de l?agence américaine de renseignement. Parmi les atouts de Pékin : sa nature autocratique, l?efficacité de sa « Grande muraille numérique », mais aussi l?incapacité des agents américains à bien parler leur langue. Et Claire Meynial de tirer une conclusion lucide : il ne faut pas trop attendre du rapport de la CIA sur les ori [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles