À Malabo, fin du sommet de l’Union africaine

Le double sommet de l'Union africaine de Malabo s'est terminé samedi soir. Pas de déclaration finale, pour le moment, à l'issue du huis clos qui s'est terminé par le seul discours du président angolais. Les chefs d'État ont adopté une déclaration sur les changements de pouvoir anticonstitutionnels et le terrorisme mais elle n'est pas encore publiée. On ignore donc pour l'instant si les appels à l'action du président de la commission de l'UA ont été entendus.

L'ambassadeur équato-guinéen à l'Union africaine, Crisantos Obama Ondo, l’assure: une « déclaration » a été adoptée contenant « une décision importante ». Le diplomate refuse cependant d'en livrer la teneur et le double sommet de Malabo s’est donc refermé samedi sans indication claire sur les orientations finalement retenues.

Au cours des débats, plusieurs chefs d'État ou leurs représentants ont évoqué pêle-mêle les « ingérences » étrangères, le « néocolonialisme » de certaines puissances et les « mercenaires » pour expliquer les coups d'État ou justifier la perpétuation de pouvoirs forts.

L’incapacité des gouvernements à lutter contre le terrorisme

« Cessons de regarder ailleurs lorsque les pratiques politiques de nos États heurtent les règles et les principes de la gouvernance vertueuse que nous avons unanimement adoptée», a indiqué le président de la commission de l’Union africaine en interpellant les chefs d'États.

À lire: Sommet de l'UA: 140 millions de dollars récoltés pour faire face aux crises humanitaires


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles