Publicité

À Madagascar, l'exposition «Memoria» pousse à s'interroger sur la manière de voir le monde

À Madagascar, c’est une plongée dans la mémoire intime et collective de 22 artistes africaines, originaires de neuf pays, que propose la toute dernière exposition de la Fondation H. Baptisée « Memoria : récits (au pluriel) d’une autre histoire », cette exposition panafricaine, qui débute ce 4 avril 2024 à Antananarivo et qui a déjà été présentée en Côte d’Ivoire et au Cameroun, pousse le visiteur à s’interroger sur sa manière de voir le monde, sur sa capacité à écouter des récits différents de ceux qu’il pense être la norme. Visite.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

« Là, vous êtes accueillis par une assemblée de 144 Olomanga, ou littéralement "les hommes bleus". En fait, ce sont les grands hommes de la société. »

C’est par l’installation impressionnante signée Vonjiniaina Ratovonirina que démarre l’exposition « Memoria, récits d’une autre histoire ». Cent quarante-quatre statues de bois brut qui se soutiennent les unes les autres et donnent l’impression de marcher vers le visiteur…

Une exposition sous forme de récits, de points de vue personnels, intimes, qui racontent ce besoin d’exprimer une autre histoire que celle écrite par les vainqueurs ou imposée par les tenants du pouvoir.

Là, j'ai fait une broderie qui s'appelle contrôle C contrôle V où je reprends donc pour le C de "copier", le drapeau français. Le V de "coller", c'est le drapeau malgache. Je propose une relecture de l'histoire, une réécriture. Je ne suis pas dans un activisme ou dans un féminisme pur, ce n’est pas ça. Mon arme à moi, ce sont ces mots, ces lettrages, mais c'est surtout l'aiguille en fait, qui fait piqûre de rappel » explique, le regard taquin, l’artiste.


Lire la suite sur RFI