À Madagascar, les forces de l'ordre empêchent un rassemblement de l'opposition

La plateforme de l'opposition Rassemblement des opposants à Madagascar pour la démocratie (RMDM) avait appelé tous ceux qui souffrent de la hausse du coût de la vie à se réunir ce samedi dans l'enceinte du Magro, bâtiment appartenant à l'ancien président Marc Ravalomanana. Mais les forces de l'ordre ont barré l'accès aux responsables des partis et à leurs militants et sympathisants.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain

Dans le quartier de Behoririka, dans le centre de capitale, ils sont plusieurs centaines à réclamer l'accès au lieu de rassemblement. De nombreux éléments des forces de l'ordre ont été déployés, quadrillant les alentours du Magro et le centre-ville. Le refus d'accès a conduit la foule de partisans et de sympathisants à s'amasser au milieu de la route, enchaînant sit-in et face à face devant les barrages des forces de l'ordre. Parmi eux, Madame Juliette, retraitée. « Je suis venue ici parce que nous souffrons au quotidien, dit-elle. Mes enfants, même s'ils ont fait des études, ne trouvent pas de travail. La population veut juste parler de sa souffrance. Mais on nous muselle. Ils nous font peur avec leurs armes. C'est inacceptable ce qui se passe. »

Le préfet de police d'Antananarivo, Angelo Ravelonarivo, fait savoir que cette « réunion était irrégulière parce que la plateforme n'a pas déposé de demande d'autorisation de manifester auprès de la préfecture ». Il précise que le quartier de Behoririka n'était « pas adéquat » et qu'un autre lieu, le Magro Tanjombato, en périphérie de la capitale, a été proposé au RMDM pour tenir son rassemblement.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles