À Lunel, cracher par terre coûte désormais 38 euros

·1 min de lecture

Face aux crachats qui polluent les rues de la ville, le maire de Lunel a décidé de taper du poing sur la table. Comme le rapportent France Bleu Hérault et France 3 Occitanie, Pierre Soujol vient de prendre un arrêté interdisant les crachats sur la voie publique. Une infraction qui sera désormais passible d'une amende de 38 euros. Cette mesure vise par ailleurs à limiter la propagation du Covid-19 alors que la Ville fait face à une forte hausse des contaminations.

Face aux contrevenants, l'édile prévient que la tolérance zéro sera appliquée. "En temps normal, cracher dans la rue, c’est déjà dégoûtant, mais que dire de ce comportement en cette période de propagation du virus ? On est tous en chaussures, on marche dans la rue, on croise le crachat d’un impoli et on rentre chez soi, peut-être le virus collé aux semelles. Je pense que les gestes barrières s’accomplissent aussi par ce type d’acte", explique-t-il dans un communiqué, cité par France Bleu.

>> A lire aussi - Un maire du Nord décide de verbaliser les crachats et jets de gants ou masques dans la rue

Cette décision, de sanctionner les crachats intempestifs a surpris les habitants, mais également les commerçants. "Je n'ai jamais croisé des gens qui crachaient à tout-va dans la rue. Et pourtant, on y fait attention, car en tant que commerçant, on n'a pas envie que quelqu'un crache devant notre magasin !", confie un boucher de la commune au micro de France 3.

Quant aux médecins, ils émettent quelques réserves quant à la réelle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le fabuleux legs reçu par un village breton
Un particulier attaque Apple car son iPad aurait mis le feu à sa maison
Montpellier : Rémi Gaillard fait la manche pour venir en aide à un SDF
Attention à l'arnaque au faux policier
Avec son plan de relance, Joe Biden veut damer le pion à la Chine